Portfolios

Nuit

Les images de nuit dégagent souvent une atmosphère mystérieuse, un petit quelque chose qui les rend si particulières. Pourquoi ? Je ne sais pas, peut-être que l’obscurité permet de mieux ressentir la vibration de la lumière. Entre obscurité et lumière, la nuit nous révèle ce que le jour nous cache…

Tissus

Des âmes suspendues à l’éternité… J’ai commencé à photographier des tissus suspendus à Luang Prabang au Laos en 2014. Suspendus ici et là, ces tissus de moines dégagent une présence mystique. Cela m’a tout de suite donné l’envie de réaliser une série sur ce sujet. Depuis, je photographie les tissus que je vois dans mes voyages, comme des âmes suspendues à l’éternité…

Identites

Depuis 2007, je photographie les visages du monde dans une démarche inspirée par des travaux comme ceux d‘August Sander ou encore Albert Kahn. Je pars à la rencontre des habitants du monde en arpentant chemins, villes et villages. Pour voir l’ensemble du projet cliquez ici. Je réalise ces portraits dans l’intention de donner à voir la diversité de nos visages, de montrer que nous sommes “ UNIDENTiTES ”, que nous avons tous des visages différents, mais que nous faisons tous partie d’un même peuple, d’une même famille, sur la même planète : ONE WORLD • ONE PEOPLE Aujourd’hui, la série IDENTiTES présente plus de 2500 portraits rigoureusement réalisés avec la même technique : lumière naturelle à contre-jour, pas d’ombres, expression neutre, regard objectif et cadrage serré. J’effectue en moyenne une centaine de portraits par pays.

maRealite

Se rencontrer dans l’espace public… Il est question ici d’être confronté à son image et la réalité de son quotidien dans la rue. L’idée est simple, je photographie dans la rue les passants de plein pied, quand ils vont au travail, faire leurs courses, etc. Puis, les photos sont imprimées à une échelle de taille réelle, pour les coller à l’endroit même où les personnes ont été photographiées.

SG•Buenos Aires

Pour établir la galerie, nous recherchons un « spot » abandonné (friche, gare, maison en ruines, etc) le plus souvent dans un vieux quartier de la capitale. Puis, nous investissons le lieu en le valorisant pour le transformer en une véritable galerie d’art ouverte à tous ! L’espace investi devient le théâtre des possibles pour les artistes et aussi un lieu de vie propice aux rencontres, aux partages avec les visiteurs. L’un des objectifs de la StreetGallery, est de favoriser le dialogue entre les artistes et les habitants. Par exemple, lors du vernissage, et/ou de l’installation de la galerie elle-même.

Objets

J’aime photographier les objets, car ils transmettent une histoire et un vécu qui nous donnent de nombreuses informations sur leurs propriétaires. À chacune de mes explorations j’adore découvrir par hasard, les petites scènes de la vie quotidienne pour réaliser des images qui prennent la forme d’une nature morte.

Wall

Wall

Quand je regarde un mur, j’ai l’impression de regarder un visage avec toutes ses imperfections. Cela est certainement lié à la matière et aux histoires visibles et invisibles que le mur renferme. Photographier un mur, c’est aussi créer un cadre dans l’image, une mise en abîme photographique…

Dans cette série j'ai voulou capturer cette instant pour que l'image stulumute l'imagonation par le l'absence de visage... 

Back People

Laisser libre cours à son imaginaire… Dans cette série, j’ai voulu capturer l’instant où l’on se trouve derrière quelqu’un pour la première fois. Alors, face à ces images de dos, le chacun peut laisser libre cours à son imaginaire…

CC•BANYA

Rencontre avec 3 générations tziganes en Bulgarie. Dans cet atelier de co•création, la communauté devient, pour un temps, artiste afin d’exprimer ses idées sur la famille avec comme point de départ, leurs portraits photographiques. Nous sommes à Banya, au centre des massifs montagneux de la Bulgarie. Les œuvres réalisées par les villageois sont une représentation de leur(s) identité(s) en tant que communauté, en tant que famille.

Un Autre Regard(s)

La rue est un espace où tous les possibles se font face, un espace qui crée des liens. Les différences ne s’y opposent pas, mais s’unissent pour former un ensemble en mouvement. Les regards répondent à cette question : si tu pouvais adresser un message au monde, ce serait lequel ?

BORN•iN Sarajevo

C’est à Sarajevo, dans ce contexte post-guerre, que ce projet voit le jour pour la première fois en donnant la parole à 4 jeunes nés à Sarajevo pendant la guerre de 1992-1995. – Comment se construit une identité sociale ? BORN•iN 92•95 ouvre le dialogue entre représentation historique, territoriale et imaginaire collectif… Le projet rend également un hommage aux générations nées pendant un événement majeur de la nation.

Portraits

La photographie de portraits, une histoire de rencontres… Vous remarquerez dans cette série que tous les portraits sont pris à contre-jour, ainsi aucune ombre ne se dessine sur le visage. Dans ma quête esthétique, je demande à tous mes sujets de se détendre et de relâcher complètement leur visage, pour en capter l’essence même.

Mains

Dans cette série Mains, j’essaie de faire voir la personne à travers ses mains. Les mains peuvent nous apprendre beaucoup sur une personne, son métier, ses habitudes, sa classe sociale, etc. Ces images nous invitent à imaginer une histoire, une vie, une identité.

CC•CHACO

Pour la co•création, nous avons décidé ensemble de réaliser des œuvres en utilisant de la terre pour peindre les visages. Avec ce symbole universel qu’est la terre, les visages renferment un message fort et simple à la fois : mon visage, ma terre. L’œuvre créée sur place, reste au sein de la communauté qui en est la garante et la propriétaire.

Pleins Pied

Vers la fin du 19e siècle, Auguste Sander a été le premier à documenter les gens par des photos plein-pied, tel qu’ils sont dans leur quotidien. La réalité de ces images, montrant des personnes de tous milieux sociaux, a tout de suite suscité en moi un grand intérêt qui influencera, par la suite, l’ensemble de ma démarche artistique.

Matières

Révéler des personnages ou des formes imaginaires en contemplant la matière… Depuis plus de 10 ans, partout dans le monde, je prends le temps de faire des reproductions photographiques de matières, que ce soit des murs, de la pierre, du fer, du bois, etc. Retranscrire ces détails infinis, que seule la matière peut nous livrer, me donne une grande satisfaction. J’aime cette sensation que me procure la contemplation de la matière, laissant mon imagination faire apparaître des personnages ou des formes plus ou moins figuratives…

Les endormis

Les endormis

La sensation étrange de photographier un rêve… Je trouve cette série drôle et décalée ! J’ai pris beaucoup de plaisir à saisir ces instants. Au-delà de la photo, il y a une dimension presque mystique dans ces corps inertes qui me fascinent. En réalisant ces clichés, j’ai souvent été accompagné par la sensation étrange de photographier un rêve…

SG•Wellington

Le projet StreetGallery s’engage avec des artistes locaux, et les habitants de Wellington pour créer un espace d’expression citoyenne ouvert à tous. L’un des objectifs de la StreetGallery, est de favoriser un dialogue entre les artistes et les habitants. Par exemple, lors du vernissage, et/ou de l’installation de la galerie en elle-même…

rencontre

RENCONTRE

RENCONTRE, l’expérience de l’altérité. Sous la forme d’une grande tente nomade, ce projet filmique va à la rencontre des citoyens sur leur territoire. L’intention est de les questionner sur leurs rapports socioculturels et interpersonnels. La rencontre se fait dans un espace sombre et calme. Les deux participants ne se connaissent pas, ne se sont jamais rencontrés. Assis face à face et séparés par un rideau noir, ils font connaissance. Deux caméras filment simultanément les échanges. Dans cet environnement, seule l’ouïe est sollicitée, ainsi les aprioris fondés sur l’apparence physique, que l’on peut avoir de l’autre, s’effacent. Cela invite à un échange ludique, bienveillant et sincère. À la fin de l’échange, le rideau tombe et révèle à chacun le visage de son interlocuteur. Et pour finir, les participants doivent se fixer dans les yeux, sans parler, pendant environ 30 sc.

identites project global

Depuis 2007, je photographie les visages du monde pour le projet, en allant à la rencontre des habitants sur chaque continent, en arpentant chemins, villes et villages… Sur la base du portrait photographique inspiré par des travaux comme ceux d‘August Sander ou encore Albert Kahn, je crée In-situ, des ateliers de co•créations, des installations et des performances.

Croix Au Cœur

"C'EST IMPOSSIBLE, DIT LA FIERTÉ. C'EST RISQUÉ, DIT L'EXPÉRIENCE. C'EST SANS ISSUE, DIT LA RAISON. ESSAYONS, MURMURE LE CŒUR..."

Market

Market

Une histoire de goûts, de couleurs et de rencontres… Découvrir un marché est toujours une expérience haute en couleurs. Ces lieux pleins de vie où les produits, les odeurs et les cultures se rencontrent, me fascinent. Dans cette série Market, réalisée à travers le monde, j’ai essayé de retranscrire des ambiances pleines de vie, qui se caractérisent par la spontanéité des marchands.

Face À l’Âme

« Au lieu de traquer l’universel dans la nature biologique, ou de penser qu’une culture humaniste universelle doit être inventée ou imposée aux autres cultures. Le tournant humaniste actuel part du principe que les idées et les valeurs humanistes sont déjà présentes dans l’ensemble des différentes cultures ». –Texte UNESCO

Regards

Regards

Durant mes voyages, je fais beaucoup de rencontres par hasard. Il y a toujours dans la rencontre un moment précis où la confiance s’installe, ou pas. Quand la confiance s’est installée, c’est le moment de faire la photo, une image au plus près de l’expression du regard. J’aime tout particulièrement capter les regards d’enfants, la lumière qui s’en dégage est fascinante. J’ai l’impression de photographier l’âme, la joie, la beauté à l’état brut.

assi photographie

Assi

Photographier les gens dans la rue au moment où je les rencontre. Durant mes voyages, j’ai petit à petit, commencé à photographier les gens dans la rue au moment où je les rencontre. 15 ans plus tard, en regardant l’ensemble de mes images, j’ai sélectionné toutes les personnes qui étaient assises, pour en faire la série que vous allez découvrez ici.

SG•Athens

Entre performances et installations, la StreetGallery est un projet qui transforme un espace vacant en véritable galerie d’art ouverte à tous. Pour ce faire, je travaille en collaboration avec des artistes locaux afin de réaliser le projet et les œuvres. Les créations s’articulent autour de la thématique de l’urbain en général et plus particulièrement autour de ceux qui « vivent la rue » au plus près : chauffeurs de taxi, serveurs, vendeurs à la sauvette, SDF, etc.

CC•Kalkadoon

Depuis des millénaires les aborigènes d’Australie ont leurs propres pratiques artistiques et culturelles. En peinture, ils pratiquent le “Dot Painting”. C’est avec cette technique qu’ils racontent leur histoire pour la transmettre aux générations futures. À l’origine, ils dessinaient sur des écorces d’eucalyptus des symboles mythologies et autres qui parlent de la nature, de cérémonies, du temps du rêve… (Le temps du rêve, désigne l’ère qui précède la création de la Terre, une période où tout n’était que spirituel et immatériel.)

CC•TIRO AL BLANCO

La communauté du bidonville « Tiro Al Blanco » (tire à blanc) vit dans les collines de la petite ville de Taltal, située sur la Côte-Nord du Chili, entre le désert et l’océan Pacifique. Cette ville minière n’a rien de comparable. Nous sommes au cœur de la région la plus sèche au monde, nous sommes à Taltal avec une communauté qui se bat pour ses droits et ses besoins fondamentaux, l’eau et l’électricité.

Smile

Smile

L’expression de notre sourire… Ce que nous avons de plus lumineux en nous. J’ai toujours été troublé par la faculté de la photographie à figer le temps. La photographie nous permet de percevoir des choses qui en temps normal nous échappent. Je ressens une grande satisfaction à capter et à partager ces instants où la joie est figée, où les sourires viennent illuminer le visage de celui qui regarde.

NoSerie

NoSerie

Une série qui n’en est pas une… No Serie est un clin d’œil aux séries photos traditionnelles qui doivent fonctionner ensemble. Ici c’est tout le contraire. Il s’agit d’images qui n’ont aucun rapport les unes avec les autres et qui se suffisent à elles-mêmes. Elles nous racontent leurs propres histoires.

Street Life

Street Life

La rue est mon terrain de jeux préféré. J’ai depuis mes débuts dans la photographie j’ai toujours préféré travailler dans la rue que ailleurs. Je ne sais jamais quel moment je vais déclencher, mais il y as toujours un moment pou la situation change, et vient m’offrir une image à capter. Dans la rue on n’est personne et tout le monde à la fois. C’est un espace d’expression ou chaque situation peut en créée une autre. Écouter, observer, mettre tout ses sens en éveils a la fut de l’émerge d’une situation a photographier me met dans un état de conscience enrichissant et exaltant. Street Life c’est un façon de parler d’universelle, de communs, de ce qui nous appartiens tous peut importe qui tu es, d’ou tu viens, ici c’est la rue, la rue c’est nous, nous tous.